Vous êtes ici:Accueil > Echange Chine-Europe > ART&CULTURE >

« ART HUB » IN HONG KONG: Nouvelles tendances d’une identité artistique renouvellée

Publié le:22-08-2013 17:39  Sources:chine-info

Porté par l’effervescence chinoise, Hong Kong est devenu une place incontournable du marché de l’art contemporain mondial. La frénésie de projets (ouverture en 2017 d’un des plus grands musées d’art contemporain en Asie) dédiés à l'art contemporain, les innombrables vernissages et l'activité croissante des plus grands noms des ventes aux enchères installées sur place semblent aller dans ce sens. Face à ce déferlement d’investissements et de transactions, une scène artistique locale est née. Bénéficiant d’un réel dynamisme, elle donne lieu à un foisonnement d’œuvres et de créativité. En plus de la convergence d'un marché, d'initiatives non commerciales et du volontarisme des autorités, il faut rappeler quelques traits caractéristiques de Hong Kong propres à concourir à la réussite du projet de faire de la ville un centre mondial de l'art.

Avant tout, Hong Kong est au centre de plusieurs ensembles géographiques importants et est déjà un « hub » pour l'Asie du Sud-Est, l'Australie et bien sur la Chine et son nombre croissant de millionnaires, acheteurs potentiels. Rétrocédé à la Chine en 1997, le territoire de Hong Kong est au croisement des cultures. De cette hybridité se sont nourris nombre de courants artistiques alternatifs. Ils participent aujourd’hui à la redéfinition d’une identité qui longtemps semblait être peu propice, dans cette ancienne colonie britannique, au développement des arts.

Mais les choses ont changé. Du Français Perrotin à l’Américain Gagosian en passant par la White Cube, Hong Kong accueille à présent 266 galeries représentant 38 pays. Christie’s et Sotheby’s concourent également à la promotion de la conurbation dans le domaine des arts. A elle seule, poussée principalement par les collectionneurs chinois, la maison Christie's Asie, a vendu US$835 millions d'art en 2011. Les facilités financières du territoire ne peuvent à elles seules expliquer un tel développement des activités des professionnels de l’art. Une forte conscience identitaire s’y est enracinée conférant à Hong Kong un positionnement particulier dans l’espace chinois actuel. La création de la Asian Art Archive Foundation par Claire Hsu en l’an 2000 est, de ce point de vue, significative. Gigantesque banque de données sur la création artistique inventoriée à Hong Kong et dans sa périphérie, elle renferme toute une partie de la mémoire contemporaine des réalisations plastiques de ces dernières décennies. Nombre d’artistes s’y succèdent en résidence pour réfléchir à la notion d’archive et écrire des histoires de l’art local, toutes différentes les unes des autres.

La tendance la plus évidente est celle qui, sans conteste, ne cesse d’interroger le double héritage de ces artistes dans leur rapport à l’Occident et à la Chine. Héritage aussi fluctuant et incertain que cette identité qu’ils revendiquent comme le rappelle d’une manière non moins symptomatique le très célèbre peintre Lam Tung-pang, aussi fidèle aux expériences artistiques acquises lors de son séjour londonien qu’à la tradition des maîtres de la dynastie Song.

Enregistrer | Imprimer | Fermer
Les articles les plus lus
Actualité
En images
Des « enveloppes rouges » à plusieurs milliers de mètres daltitude Des « enveloppes rouges » à plusieurs milliers de mètres d'altitude Une exposition déventails des Qing à Shenzhen Une exposition d'éventails des Qing à Shenzhen Les « enfants migrateurs » du Nouvel An chinois Les « enfants migrateurs » du Nouvel An chinois Beijing : les meilleures foires du Nouvel An chinois Beijing : les meilleures foires du Nouvel An chinois