Vous êtes ici:Accueil > Echange Chine-Europe > ART&CULTURE >

France : 40 postes de professeurs de chinois créés dans le primaire et le secondaire

Publié le:22-09-2013 11:48  Sources:French.china.org.cn

Le 3 septembre était le jour de la rentrée pour les élèves français du primaire et du secondaire. La presse française a constaté que le chinois, langue la plus parlée dans le monde, fait de plus en plus d'adeptes en France, poussant les élèves français à s'inscrire en masse cette année pour étudier le mandarin.

Ainsi, mardi 3 septembre, 33 500 lycéens et 4500 écoliers français se sont inscrits à des cours de chinois, soit 10 % de plus que l'année dernière, et 4 fois plus qu'il y a dix ans. Cette année, chacune des 26 zones scolaires de l'Hexagone propose des cours de chinois, ce qui est une première historique en France. Par ailleurs, pour répondre à la demande des élèves français, le ministère de l'Education nationale a créé 40 postes de professeurs de chinois dans les écoles primaires et secondaires, ce qui constitue une avancée majeure, en comparaison avec les 15 postes qui avaient été créés l'année dernière.

Selon Joël Bellassen, l'inspecteur général du chinois au ministère de l'Education nationale, dans le palmarès des langues étrangères étudiées par les élèves français ces dernières années, le chinois est passé de la 9e à la 5e place, juste derrière l'anglais, l'espagnol, l'allemand et l'italien, tandis que le nombre de professeurs de chinois titulaires ne représente qu'un tiers du nombre total (480) d'enseignants de cette langue. Dans le même temps, il faut souligner que le chinois n'est pas une matière proposée uniquement dans les lycées pilotes et que, au lieu de mettre en place des cours de chinois uniquement dans les quartiers riches, le ministère de l'Education nationale compte répondre de manière sélective à la demande des écoles et des élèves en prenant autant que possible en considération les écarts entre les différentes régions.

Si l'on considère la question d'un point de vue historique et réaliste, on s'aperçoit que la France est le premier pays étranger où fut enseigné le chinois : en 1914, l'Institut de France créait le premier poste d'enseignant de chinois en engageant un sinologue jésuite ; l'Institut national des langues et civilisations orientales commença à enseigner le chinois dès 1840 ; le lycée de Montgeron, dans le département de l'Essonne, fut le premier lycée français à enseigner le chinois avec l'ouverture des cours de chinois en 1958, soit six ans avant l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises ; enfin, de nombreux étudiants français sont venus apprendre le chinois en Chine après l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises en 1964.

Mme Catherine Meuwese a fait partie des premiers étudiants français à étudier en Chine. Ayant regagné la France après ses études, elle enseigne à présent le chinois au lycée de Montgeron. Elle rappelle que les apprenants du chinois n'étaient pas si rares il y a 40 ans, car elle avait à elle seule 130 élèves étudiant cette langue en 1970. A cette époque, le ministère de l'Education nationale n'avait pas encore publié de manuels de chinois officiels et les textes étaient rédigés par les enseignants eux-mêmes. Ils donnaient des cours de linguistique, enseignaient des chansons et de l'opéra aux élèves passionnés de culture chinoise. Le ministère de l'Education nationale a publié son premier manuel de chinois en 2002.

Malheureusement, cet engouement pour la langue et la culture chinoises a peu à peu perdu de son ampleur à partir des années 1990, pour faire place à des motivations davantage liées aux performances économiques et à l'emploi. Aujourd'hui, la plupart des élèves choisissent d'apprendre le chinois pour des raisons pragmatiques, et on constate que la Chine, qui était 6e pays de destination des émigrés européens il y a 15 ans, est devenue leur premier choix, laissant loin derrière elle les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Enregistrer | Imprimer | Fermer
Les articles les plus lus
Actualité
En images
Des « enveloppes rouges » à plusieurs milliers de mètres daltitude Des « enveloppes rouges » à plusieurs milliers de mètres d'altitude Une exposition déventails des Qing à Shenzhen Une exposition d'éventails des Qing à Shenzhen Les « enfants migrateurs » du Nouvel An chinois Les « enfants migrateurs » du Nouvel An chinois Beijing : les meilleures foires du Nouvel An chinois Beijing : les meilleures foires du Nouvel An chinois